top of page

4. Données & solutions

Dernière mise à jour : 25 avr. 2023

Découvrez les chiffres du monde alimentaire et les solutions qui en découlent pour transformer l'impact de votre alimentation


Quand on veut améliorer les choses, difficile de faire le tri des informations. Nous avons identifié pour vous les données les plus pertinentes ainsi que les comportements qui en découlent. Les éléments qui suivent proviennent principalement de l'unique méta-étude (étude compilant l'ensemble des données de plusieurs études) réalisée sur notre système alimentaire et vérifiée par Our World in Data, leader mondial de l'analyse de données à la prestigieuse Université d'Oxford. Certaines informations proviennent également de Frontiers.in, site de publication de recherches scientifiques indépendantes vérifiées par les pair.e.s. Les données présentées intègrent à la fois les exploitations industrielles et indépendantes. Les chiffres varient d'une source Une liste d'habitudes alimentaires concrètes à mettre en place se trouvent en fin d'article.

« Ensuring everyone in the world has access to a nutritious diet in a sustainable way is one of the greatest challenge we face" , Our World in Data. Grâce à une meilleure connaissance des faits, nous pouvons mieux orienter notre consommation.

1. Les émissions de gaz à effet de serre

Les aliments émettant le plus de gaz à effet de serre sont les protéines animales, notamment le boeuf, les vaches à lait, le mouton, le fromage et les crevettes. Concrètement, une consommation importante de ces aliments réchauffe la planète et entraîne le dérèglement climatique.

2. La consommation d'eau fraîche

Le fromage, les arachides (noix, amandes, noisettes ...), les poissons et crevettes d'élevage, le boeuf et les vaches à lait consomment le plus d'eau. Consommer en trop grande quantité ces produits affaiblit nos ressources d'eau fraîche qui deviennent déjà de plus en plus rares du fait du dérèglement climatique et de la surconsommation.


3. La pollution des eaux et des sols

L'élevage bovin (viande et lait), les crevettes de ferme et la production de fromage sont responsables des plus hauts taux de contamination des sols et océans. Leur forte consommation agresse donc des milieux résistant désormais difficilement au dérèglement climatique (encouragé par la consommation des aliments du graphique 1) et à la diminution d'eau fraîche disponible (encouragée par la consommation des aliments du graphique 2). Hors, les sols et les océans jouent un rôle majeur pour assurer notre bien-être quotidien.


4. Les conséquences du gâchis alimentaire

"Lost in supply chains" indique tous les produit jetés car mal conservés, mais surtout ceux qui ne correspondent pas à nos critères de consommation : pas assez beau, pas assez brillant ... Par exemple, une pomme entièrement comestible présentant une toute petite éraflure sera refusée ou jetée par un supermarché qui prétendra que les consommateurs n'en voudront pas. "Consumer waste" indique la nourriture que nous ne finissons pas dans nos assiettes et jetons dans nos poubelles.


5. Le système industriel est responsable des chiffres élevés


Ce graphique indique les écarts entre le système industriel et les exploitations plus vertueuses. Prenons l'exemple du boeuf : produire 100g de protéines de boeuf émet en moyenne 25kg de CO2. Mais les exploitations les plus polluantes (produisant le boeuf de McDo ou Burger King ou Charal par exemple) émettent 105kg de CO2 quand les plus vertueuses émettent 9kg. 25% de la production de protéines animales (la plus industrielle, qu'on retrouve dans nos supermarchés et chaînes de fast food) émet 70% des émissions (5 milliards de tonnes, soit plus que toutes les émissions de l'Union Européenne).


6. La répartition des émissions de gaz à effet de serre sur la chaîne de production

Ce graphique nous précise les étapes les plus polluantes du système alimentaire. "Land use" - la déforestation pour faire de la place pour le bétail d'élevage et la nourriture pour les nourrir - et " Farm " - l'élevage et l'utilisation de produits chimiques pour accroître la production - sont les principales sources d'impact négatif sur notre planète.


7. La répartition globale des émissions des gaz à effet de serre du système alimentaire

On constate à nouveau que l'élevage ( " livestock & fish farms " ) et l'utilisation des terres pour nourrir le bétail ( " land use for livestock " ) sont les sources principales de pollution. On réalise aussi que le transport n'est en fait qu'une toute petite partie des émissions et que la localité n'est pas l'axe le plus important.


8. Les émissions des régimes alimentaires européens

La France fait partie des pays au régime le plus impactant de l'Union Européenne. Nous avons donc un rôle important à jouer.


9. La répartition du régime alimentaire français

Prêt de 80% de l'impact négatif du régime alimentaire français provient de la consommation élevée de produits laitiers et de viande. En réduisant notre consommation de ces produits, nous pouvons faire une vraie différence.


Et concrètement, je fais quoi ?


- Je peux agir sur mes courses


- Au supermarché, évitez d'acheter les produit industriels suivants : viandes, fromages, poissons, laitages, noix


- Privilégiez des courses dans des lieux qui alimentent des circuits vertueux tels que Le Marché Vert sur tout le territoire, le collectif Hors Champs l'épicerie L'Idéal ou Provisions à Marseille, Terroirs d'Avenir Satio Myiam Au Bout du Champs Rayon ou le Zingam à Paris, les Biocoop partout sur le territoire, la marque Kom&sal ...


- Important : Naturalia, Bio C Bon et La Vie Claire appartiennent à Auchan, Casino ... Il a été révélé par une enquête de UFC - Que Choisir que la grande distribution surfacturait les produits bio jusqu'à +75%. Y faire ses courses, c'est acheter très cher dans un Monoprix peint en vert.


- Découvrez de nouvelles alternatives d'achat telles que La Fourche Bio (magasin bio en ligne jusqu'à 50% moins cher), Phenix pour acheter des invendus à bas prix, Hors Normes qui récupèrent les produits bio dont les supermarchés ne veulent pas et les vend moins cher, La Ruche Qui Dit Oui vous permet d'acheter directement auprès du producteur, Rutabago qui propose des box bio à cuisiner.


- Je peux transformer ma consommation de protéines animales (viande & fromage)


- Vous aurez un formidable impact en arrêtant de consommer des viandes industrielles en supermarchés. Exit les Charal, Le Gaulois, Père Dodu, Herta ... Même bio, toutes ces viandes proviennent de l'élevage industriel.


- La même chose vaut pour vos fromages : RIP les sachets d'emmental ou gruyère Président, la mozzarella Monoprix, la Vache Qui Rit ... Le circuit du fromage industriel est le même que celui de la viande industrielle.


- Vous pouvez également faire une vraie différence en limitant ou arrêtant votre consommation de chaîne de fast food. Si vous ne pouvez pas vous passer de votre BigMac au boeuf, privilégiez les recettes au poulet ou le nouveau McVeggie.


- Vous n'avez pas à arrêter complètement la viande. Privilégiez les boutiques spécialisées qui travaillent directement avec des producteurs de qualité (suivant la saisonnalité, privilégiant le bien-être animal, travaillant en circuit court, soucieux de la santé des sols ...) . Vous avez Viande & Chef à Paris, Boucherie Bouche à BordeauxLa Femme du Boucher à Marseille ...


- Je peux améliorer ma consommation de poisson


- N'achetez plus ces produits en supermarché sous emballage, ils proviennent tous de l'élevage


- Si sur le port ou à la poissonnerie les produits sont indiqués comme "élevés" , ne les achetez pas


- Demandez à votre poissonnier à ce que vos poissons soient issus d'une pêche durable et raisonnée. Le label "Pêche durable" français est une bonne référence. Evitez le label MSC, fortement décrié pour son cahier des charges laxiste et financé par Unilever, l'un des plus gros groupes agro-alimentaires industriels.


- Je peux changer quelques habitudes au restaurant


- A moins que votre restaurant ne soit connu pour la qualité de son approvisionnement, méfiez-vous. La triste réalité est que l'immense majorité des restaurants se fournissent via les mêmes circuits que le supermarché.


- Posez des questions : si on ne peut pas vous parler des producteurs/ices, des fermes, des méthode de production ou d'élevage ... c'est que votre produit viendra sûrement d'un circuit industriel. Privilégiez alors les options sans viande ni poisson ni fromage.


- Dans les chaînes de restaurants et établissements où le doute sur la qualité des produits est fort, évitez les produits à base de boeuf (burgers, tartare, carpaccio, salade de boeuf thaï ...), de crevettes (rouleaux de printemps, linguine, plats à base de gambas ...), de saumon (sushis, oeufs bénédictes ...), de fromage (raclette, fondue savoyarde, pizza 4 fromages ...). Vous aurez un vrai impact.


- Privilégiez la qualité sur la quantité : moins de restaurants mais de meilleurs restaurants ! Il existe tellement d'établissements faisant un effort sur leurs produits. Consommez chez eux augmentent votre impact positif. Explorez vos quartiers préférés à leur recherche.


- Je peux augmenter la consommation de ces produits


- Des produits sans plastique, sans pesticides, de saison, en circuit court (achetés au plus près du producteur), locaux si possible


- Les légumes et fruits


- Les céréales (en flocons au petit déjeuner, en pain, en pâtes, en semoule)


- Les légumineuses (lentilles, pois chiche, haricots rouges et blancs)


- Les petits trucs en plus


- Love is love : même les fruits et légumes moches ont besoin de votre amour. Achetez des produits moches, sauvez le monde !


- Redonnez du pouvoir à vos restes : consommez les pour ne pas jeter d'argent à la poubelle, donnez les à quelqu'un dans le besoin, faites en du compost


- Cumulez les facteurs : même si manger local n'est pas aussi impactant qu'arrêter de manger du steak haché Socopa, manger local augmentera votre impact (à condition que vos produits soient issus de circuits vertueux).


- Partagez cet article et vos nouvelles connaissances


La majorité de ces habitudes peuvent facilement être mises en place. Ceci permettra une évolution de la consommation qui, par ricochet, impactera les circuits industriels qui devront changer leurs pratiques. Chaque jour, à travers ce que vous mangez, vous avez le pouvoir de construire un monde meilleur.



262 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page